Évaluation

L’évaluation s’apparente au réflexe naturel qui s’active quand on réalise une action et qu’on attend un résultat : on se demande si notre action a réussi et si les gens sont satisfaits, on s’interroge sur ce qu’on a appris et sur ce qu’on ferait différemment la prochaine fois. L’évaluation a la même fonction dans le contexte du développement collectif. Cependant, les processus permettant d’évaluer la progression et les résultats de l’action peuvent facilement devenir complexes.

Les visées d’évaluation

Les motivations pour réaliser une évaluation sont multiples. Au sein d’un même projet, les acteurs peuvent avoir des intentions différentes. De leur côté, les bailleurs de fonds ont souvent des attentes face à la réalisation d’une évaluation. Il importe donc de rendre ces attentes explicites pour être en mesure de concevoir une évaluation qui sera utile.

Voici quelques exemples de visées d’évaluation :

  • Porter un jugement sur la valeur globale d’un projet quand des décisions majeures sont à prendre;
  • Apprendre des actions déjà réalisées afin d’améliorer le projet et maximiser ses effets;
  • Démontrer que les ressources sont bien gérées et efficientes;
  • Gérer le projet par des rapports réguliers, l’établissement de routines et l’identification précoce des problèmes;
  • Adapter le projet pour composer avec la complexité du contexte, l’émergence de nouveaux enjeux et les conditions dynamiques qui l’affectent;
  • Générer des apprentissages pour augmenter la compréhension générale du projet et identifier les principes qui contribuent à son efficacité. 

Source: PATTON Michael Quinn. Utilization-Focused Evaluation. Fourth Edition (2008). SAGE p.140-141

Les facteurs qui facilitent l’évaluation

Un sondage auprès d’acteurs du développement collectif réalisé par le groupe de travail sur l’évaluation a permis de dégager un certain nombre de facteurs contribuant à la réussite de processus d’évaluation :

  • L’accompagnement par une ressource externe experte en évaluation;
  • L’engagement des acteurs dans le processus d’évaluation;
  • L’accès à des moyens financiers;
  • Le fait que le processus ait été porté par un comité de travail restreint;
  • L’adaptation des activités d’évaluation pour qu’elles soient appropriées et réalisables.

Les moments de l’évaluation

Dans le cadre d’un processus de développement collectif planifié, la réflexion/évaluation devrait être une préoccupation à chacune des étapes pour guider les interventions et les actions. Cette réflexion devrait idéalement concerner les résultats des actions et les effets de la mobilisation sur la collectivité.

À différents moments du processus de développement collectif planifié, on se préoccupe de l’évaluation de différentes façons.

  • Avant : On doit définir la forme que prendra le projet qui sera évalué, fixer clairement les objectifs, les principes à respecter, les résultats attendus et le cheminement que l’on prévoit pour les atteindre.
  • Pendant : On peut réajuster la démarche en fonction de son évolution, de son environnement ainsi que des premiers résultats observés.
  • Après : On cherchera à évaluer l’ensemble du processus afin d’analyser les effets de nos actions et l’état du développement de la collectivité, apprendre des succès et des erreurs, et explorer comment appliquer ces apprentissages à d’autres actions ou dans d’autres contextes.

Les différents types d’évaluation

Il existe bien des façons de penser l’évaluation. En voici trois. Cette classification se base sur l’étape à laquelle le projet que l’on souhaite évaluer est rendu.

Source: PRESKILL, Hallie & BEER, Tanya. (2012). Evaluating social innovation. Center for Evaluation Innovation. Washington, DC. p.6

Ces trois grands types d’évaluation peuvent être envisagés de façon très complémentaire.

L’évaluation évolutive est utile à des projets qui sont encore en développement, qui se définissent au fur et à mesure ou, s'ils existent déjà ailleurs, doivent être adaptés à de nouveaux contextes. Elle produit des informations en temps réel pour aider à valider certaines décisions, approches ou hypothèses et peut également documenter le processus d’innovation.

L’évaluation formative permet d’évaluer un projet, une initiative ou un programme déjà élaboré afin de voir comment celui-ci se déroule et d’apporter les ajustements nécessaires.

L’évaluation sommative découle naturellement de l’évaluation formative. Elle vise à analyser un projet, un programme ou une initiative pour déterminer dans quelle mesure celui-ci est une réussite et les conditions de la continuité.

L’évaluation comme étape finale d’un processus

À la dernière étape d’un processus de développement collectif planifié, la réalisation d’un exercice de bilan, alimenté par les données recueillies tout au long du projet, permet de rendre compte des résultats mais aussi de l'énergie déployée et des choix faits.

Cette étape finale peut prendre la forme d’un bilan, mais aussi d’une évaluation stratégique. L’évaluation stratégique se distingue en ceci qu’elle permet une analyse plus approfondie des stratégies mises en place pour atteindre les objectifs de développement collectif (stratégie de communication, de gouvernance, de mobilisation, de relations avec les partenaires, de représentation, etc.).

Tant le bilan que l’évaluation stratégique sont donc des outils pour clore un cycle et pour préparer la suite. De fait, dans une perspective de développement collectif, le développement n’est pas un processus fini, assujetti à une finalité précise. Il est plutôt un mouvement par lequel une collectivité négocie en continu avec les changements qui surviennent et les besoins qui émergent. Le pouvoir d’agir et la résilience des collectivités face aux changements se construisent eux aussi en continu, à travers les expériences collectives.

L’évaluation évolutive pour des rétroactions rapides

Bien qu’encore relativement peu utilisée, l’évaluation évolutive suscite l’intérêt de nombreux acteurs du développement collectif. Moins connue que l’évaluation formative et sommative, elle s’utilise dans des contextes bien spécifiques et ne se substitue pas à d’autres formes d’évaluation.

L’évaluation évolutive s’avère utile dans cinq grands contextes :

  1. Développement d’une initiative, programme, stratégie, politique, etc. émergeant d’un effort continu, dans un environnement particulièrement dynamique et complexe;
  2. Adaptation des fondements d’une initiative, programme, stratégie, politique, etc. déjà existant, mais ayant été développé dans un autre contexte;
  3. Exploration de solutions en temps réel pour réagir rapidement à un changement majeur inattendu ou à une crise (catastrophe, crise financière, échec organisationnel, etc.);
  4. Développement d’une innovation (projet pilote) pouvant potentiellement être diffusée à plus grande échelle;
  5. Changement systémique majeur interpellant plusieurs types d'acteurs (citoyens, organisations, gouvernements locaux et nationaux, etc.).

Il est à noter que dans le contexte d’un changement plus complexe combinant différents projets, l’évaluation évolutive peut être utilisée en complémentarité avec d’autres types d’évaluation. Les composantes de ce changement complexe « en émergence » pourraient davantage être abordées par une évaluation évolutive, alors qu’une évaluation formative ou sommative serait mieux adaptée pour les dimensions plus « stabilisées ».

Trois conditions sont importantes pour réaliser une évaluation évolutive :

  1. Ouverture et volonté de s’exposer à des questionnements, aux informations recueillies et à des analyses qui interpellent les fondements d’une initiative, les hypothèses de travail, les présuppositions et les décisions prises;
  2. Flexibilité et relative autonomie dans la gestion du processus d’évaluation pour permettre de traiter des questionnements émergeant en cours de route et d’adapter la méthodologie;
  3. Bien cerner la portée souhaitée de l’évaluation évolutive pour ne pas créer une démarche qui consommera trop de ressources et d’énergie.

En somme, il est à retenir que l’évaluation évolutive ne s’applique qu'à certains contextes et n’est pas une alternative à d’autres types d’évaluation. Avant de se lancer dans une démarche d’évaluation évolutive, il est important d’en connaître les particularités pour s’assurer qu’elle convienne bien à sa situation.  

Pour un résumé, consultez le document : Évaluation évolutive en bref.

Outils et références pour aller plus loin 

  • DOZOIS Elizabeth, LANGLOIS Marc et BLANCHET-COHEN Natasha. DE 201 : Guide du praticien de l'évaluation évolutive (2010). La fondation de la famille J.W. McConnell et l’Institut international des droits de l’enfant et du développement. Montréal.
  • GAMBLE Jamie A.A. ABC de l’évaluation évolutive (2008). La fondation de la famille J.W. McConnell. Montréal.
  • PATTON Michael Quinn. Utilization-Focused Evaluation. Fourth Edition (2008). SAGE Publications Saint Paul, MN. 
  • PATTON Michael Quinn. Developmental Evaluation: Applying Complexity Concepts to Enhance Innovation and Use (2010). The Guilford Press. N.Y.
  • PRESKILL, Hallie & BEER, Tanya. (2012). Evaluating social innovation. Center for Evaluation Innovation. Washington, DC.

Le groupe de travail sur l’évaluation s’intéresse aux besoins des démarches collectives en matière d’évaluation.  Pour en savoir plus, visitez la page du chantier!

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour en savoir plus sur les activités de Communagir, la mobilisation et l’action collective au Québec.


Merci, un courriel vous a été envoyé
pour confirmer votre inscription.

Fermer la fenêtre

Désolé, une erreur s'est produite.

Recommencez plus tard ou contactez-nous.
Merci

Fermer la fenêtre

x